ralphazham_6Ralph Azham et sa bande ont voyagé pendant des mois et des mois pour aller trouver l’infâme Von Syrus afin de lui proposer de faire cause commune contre le roi pour se rendre finalement compte que celui qu’ils avaient en face d’eux n’était qu’une momie desséchée ressemblant vaguement à Von Syrus et pilotée à distance par le roi lui-même grâce aux pouvoirs magiques des yeux de Tanghor, des oreilles de Moogthar et des mâchoires d’Anghtar. Ainsi, depuis près de 1000 ans, le monarque faisait croire au danger représenté par Von Syrus pour mieux se prémunir des bleuis (il avait réussi à faire croire aux habitants du territoire de Von Syrus que les bleuis sont des démons qu’il faut tuer pour accéder au paradis) et asseoir son pouvoir ! Ralph Azham et les siens doivent donc retourner à la case départ, Astolia, pour trouver un autre moyen de chasser le roi despote de son trône…

Sixième tome de la série et toujours pas le moindre coup de fatigue à l’horizon pour Lewis Trondheim en cuisine. Les ingrédients qui ont jusque là fait la singularité et la réussite de la série –humour potache, dessin léger et facétieux, baston, armes ou sortilèges magiques aux pouvoirs parfois surprenants et amour (Yassou connaît ici une idylle avec une envoyée de l’Oracle…)- sont de nouveau utilisés avec le dosage adéquat pour nous tenir une nouvelle fois en haleine jusqu’au bout de ce « L’ennemi de mon ennemi ». Avec, en prime, un nouvel exemple de la petite spécialité du chef Trondheim : le rebondissement complètement imprévisible, pour ne pas dire improbable (parti pour s’allier à Von Syrus pour renverser le roi, notre héros va finalement se retrouver l’allié…du roi contre Von Syrus par l’entremise d’un petit tour de passe-passe scénaristique…). Bref, un régal d’heroic fantasy inventive et loufoque à souhait que l’on goûte toujours autant !

(Série – Dupuis)