faint_doom_abuseJe savais bien que ce groupe me disait quelque chose ! Après vérification, il avait fait un remix du « Dance To the Underground » de Radio 4 qui était sorti sur leur Ep « Electricity » il y a plus de 10 ans de cela. Une présence sur cette galette qui pouvait nous laisser supposer que les 2 groupes partagent un même goût pour les musiques dansantes. Un pressentiment que l’écoute des premiers titres de « Doom Abuse », qui associe électro et rock, vient rapidement confirmer.

Je suis généralement assez sceptique quant à ce genre de mélange (d’autant que certaines tentatives précédentes, comme le « Stealing Of A Nation », justement des Radio 4, ou « Freak*on*ica » de Girls Against Boys, avaient plus que moyennement convaincu), mais il faut avouer que la mayonnaise prend bien mieux ici. Il y a bien entendu quelques morceaux dispensables (le milieu de l’album est un peu faible) parmi ces 12 titres mais le plus souvent The Faint se montre inspiré, puisant son énergie dans le punk-rock, la new-wave, voire le post-punk, à quoi il ajoute beats (presque noise par moments), synthés et chant parfois passé par des effets. Par moments, on retrouve même un peu de la folie electro-punk d’Atari Teenage Riot comme par exemple sur « Salt My Doom » ou dans une moindre mesure sur le single survitaminé « Help In The Head », très efficace quoiqu’un peu tape à l’œil.

Si cela fonctionne, c’est qu’ici l’électronique ne fait pas office de cache misère, comme cela peut être parfois le cas. Et en fait les morceaux (aux effluves parfois très années 80 bien agréables), solides, pourraient très bien tenir la route sans cet habillage synthétique. Comme le démontrent les excellents « Evil Voices », « Lesson From The Darkness » (sombre et mélancolique) ou « Unseen Hand ». Une bonne surprise.

(Album – SQE Music)