autobioCeux qui lisent le magazine Fluide Glacial connaissent déjà « Autobio », série dont Pedrosa livre quelques pages à chaque numéro depuis 2008. Pour les autres, eh bien il y a cette intégrale livrée dans une bien belle édition (à l’encre aromatisée à la betterave et à la couverture en toile de jute tissée dans le Larzac, précise l’éditeur !) qu’il serait fort dommage de manquer !
Car c’est en effet une autre facette de son talent que l’auteur des très bons « Portugal » ou « Trois ombres » nous montre ici : son humour. Avec « Autobio » (tout est en fait dit dans ce titre –très bien trouvé- et son jeu de mot), Pedrosa nous parle de son désir d’essayer de mener, en famille (il a une femme et deux garçons), une vie seine et respectueuse de l’environnement. Bio quoi. Dans ces histoires courtes (d’une ou deux pages), il se met donc en scène, avec sa petite tribu, au marché, en train de lire les étiquettes des produits pour faire la chasse aux additifs et autres conservateurs, d’expliquer pourquoi il faut préserver notre planète à ses deux gamins ou de se demander s’il ne serait pas un peu Bobo sur les bords, lui qui ne se déplace (quasiment, car il a aussi un Kangoo…) qu’en vélo hollandais…Avec beaucoup d’autodérision (Pedrosa fume, ses deux garçons ne manquent d’ailleurs pas de lui faire remarquer cette incohérence…et est accro aux petites saucisses cocktails…), bien sûr, et de talent !
Car l’humour fuse ici de partout : des expressions des personnages (ces yeux de Pedrosa qui s’ouvrent subitement, alors qu’il commence à dormir, le soir, quand sa femme lui parle de construire leur maison bio eux-mêmes !), des dialogues (avec des répliques à mourir de rire), des situations (comme les rencontres, toujours mémorables, avec monsieur « Crapoutchi », leur propriétaire) ou du décalage entre le dessin et ce que raconte l’auteur en voix off. Bref, Pedrosa fait feu de tous bois et son « Autobio » est le plus souvent hilarant, tout en faisant passer, en douceur, l’air de rien, son message. J’en connais des auteurs qui vont être verts (ben oui, je n’ai pas pu m’en empêcher…) quand ils vont découvrir la puissance comique de cette intégrale !

(Intégrale – Fluide Glacial)