fraise_et_chocolatCe n’est certainement pas un hasard si cette intégrale de « Fraise et Chocolat » sort quelques mois seulement après « 286 jours », roman photographique réalisé à 4 mains racontant l’histoire d’amour des 2 corps auxquels elles appartiennent : Frédéric Boilet et Laia Canada et paru chez le même éditeur ! D’autant qu’elle sort augmentée d’un épilogue de 36 pages dans lequel Aurélia Aurita livre sa réaction après la lecture de la nouvelle œuvre de Boilet, histoire certainement de tourner définitivement la page de la relation qu’elle a vécue avec lui pendant 7 ans. Relation qu’elle avait justement décrite et même mise en scène dans les 2 tomes de « Fraise et Chocolat » en 2006 et 2007.
Et on comprend mieux pourquoi quand on lit (ou relit) son œuvre ! La passion, les étreintes enflammées (l’auteure ne cache pas grand chose des prouesses de son amant, de leurs petites expérimentations à l’aide de sex toys, notamment, et de leurs petits jeux érotiques!), les doutes et les peurs que fait surgir l’amour : tout cela lui est revenu en pleine tête quand elle a lu « 286 jours », sorte de miroir sadique lui renvoyant ces 7 années de bonheur.
Une belle occasion en tout cas pour le lecteur de (re)découvrir la première œuvre d’Aurita (avec déjà ce dessin jeté, très spontané, simplement rehaussé de quelques lavis de gris) : une déclaration d’amour sincère et totale (Fraise et Chocolat ne sont pas que 2 surnoms donnés par Aurita à Frédéric et Chendra, le prénom de naissance de l’auteure…), insouciante, drôle parfois, très libre et surtout courageuse : rares en effet sont les auteurs féminins à se livrer de la sorte sur leur vie amoureuse et sexuelle. A ne pas mettre entre toutes les mains néanmoins…

(Intégrale – Les impressions nouvelles)