Aaarg 5On a déjà eu l’occasion de vous recommander la lecture de La Revue Dessinée (qui vient, soit dit en passant, de sortir son numéro 5) mais on n’avait pas encore eu celle de parler d’un autre petit nouveau : AAARG ! qui vient également de sortir son cinquième numéro et prépare un numéro spécial pour son premier anniversaire (annoncé pour le 16 octobre).
AAARG ! , disons le tout de suite, n’opère pas vraiment dans le même registre. Sous-titrée « Bande dessinée et culture à la masse », la revue, cartonnée s’il-vous-plaît, se veut effectivement le reflet de la bande dessinée indépendante en France. C’est donc beaucoup plus libre, rock’n roll, impertinent, délirant et même trash parfois. On y trouve des récits courts de bd, bien sûr, mais aussi des nouvelles littéraires signées Bourdic, Paggeto, Dounovetz ou Garcia, des chroniques, des dossiers (sur le roller derby, par exemple), de la pub pour les copains, un poster reproduisant la première de couverture (signée B-Gnet, très réussie) et même un diplôme décerné au lecteur !
C’est un vrai vent de fraîcheur qui va souffler dans vos neurones avec cette revue : on y rencontre en effet des auteurs que l’on lit rarement ailleurs et suivant les affinités et humeurs de chacun, les histoires abordent des genres très différents : science-fiction auto-promotionnelle avec le très bon « Mad C.O.W. » de Mr Pek et Viozat, chronique désenchantée avec « La solitude du coureur de fond » signée Starsky et Rica, fantastique avec une touche sociale avec le graphiquement très réussi « Les fantômes de la liberté » (par Carite et Rifo), autobio sexuelle crue avec « Les confessions d’un puceau » de Dav Guedin ou humour provocateur au niveau de la ceinture avec « Le monsieur » de Coryn.
Comme avec toute revue l’ensemble est donc, bien sûr, forcément hétérogène (et la qualité inégale : les histoires, dépendant de la sensibilité de chacun, ne parleront pas à tout le monde) mais AAARG ! relève cependant le défi avec une belle réussite : ce numéro divertit ! Et il fait même un peu plus que ça puisqu’il surprend, décontenance, bouscule et touche même parfois. A découvrir rapidement !

(Revue bimestrielle, 188 pages, 14,90 €)