pord-wildWild. Sauvage, tu m’étonnes que Pord l’est. Et ce nouvel album l’impose comme une évidence. Ça commence sur les chapeaux de roues, comme une charge de flics au Testet. Brutal, et sans sommation. On connaissait le trio, on savait de quoi il était capable. Les spécialistes parlaient déjà des Dazzling Killmen français, de cette force de frappe impressionnante. Mais avec « wild », les lozérois vont encore plus loin. Ils frappent plus fort, plus dur, mais pas seulement. Une de leur marque de fabrique reste bien la complexité folle de certains plans. Rarement énergie et technicité ont atteint une telle amplitude. Pord est du genre à vous saigner à blanc, à mordre et ne plus lâcher, façon pittbull. Un déferlement sombre et torturé de rage et de colère. Du sang et des Laguioles. Jamais le groupe ne relâche la pression. Tout au long de l’album, l’énergie et l’oppression ne font qu’augmenter. Que les morceaux soient plus techniques, plus répétitifs, ou tout simplement heavy et sauvage, ton cerveau est tenu en tenailles, sans aucun moment de repis. Tel est le prix à payer pour ce disque qui ravira les amateurs de noise musclée, technique et lozéroise.

(Album – Solar Flare)