oms2Dans un futur lointain, sur la planète Ygam, vivent les Draags, de très grandes créatures proches du poisson et à la civilisation très avancée. Après une expédition sur Terre, qu’ils ont découverte majoritairement détruite, ils ont ramené de petites bêtes sauvages, les Oms, qu’ils élèvent depuis et offrent à leurs enfants en guise d’animaux de compagnie. C’était le cas du petit Terr, un doré pur race, avant qu’il ne s’enfuie et ne soit recueilli par une tribu d’oms en liberté dont la survie est l’objectif principal…
Ce n’est pas à David Morvan, excellent scénariste s’il en est, que l’on va apprendre l’importance de la scène d’ouverture d’un épisode ! La preuve avec ce tome 2 qui débute, tambour battant, dans une omerie de reproduction dans laquelle des Draags amènent 4 femelles à un mâle reproducteur pour qu’il les saillisse. Mais l’étalon en question n’aura pas le temps de se mettre au travail, une escouade d’Oms sauvages faisant exploser un mur pour les libérer des Draags. A leur tête, Terr, devenu chef de la tribu qu’il a réussi, en quelques années, à organiser en société civilisé pour préparer le grand Exom.
Et le reste de « L’Exom » est à l’avenant. Dans la lignée de son prédécesseur, le scénario, excellent, nous réserve une nouvelle fois son lot de rebondissements et de surprises : les retrouvailles de Terr avec son frère (l’étalon, c’est lui…), les préparatifs secrets des Oms pour rejoindre le continent sauvage (là où se trouvent les bases de lancement de vaisseaux spatiaux des Draags…), la découverte de toute cette organisation sécrète par les Draags, leur plan pour l’éradiquer…Pas le temps de s’ennuyer une seule seconde tant ce second épisode est rythmé ! Et comme Morvan distille en prime, ici ou là, quelques réflexions sur la nature de l’Homme : son arrogance vis-à-vis des autres espèces animales, sa propension à vouloir dominer ou sa capacité à être une menace pour lui-même et qu’Hawthorne met le tout en images de fort belle façon, on a là une trilogie qui s’annonce des plus réussi. Mais cela devient une habitude avec cette collection des « Univers de Stefan Wul » !

(Trilogie – Ankama)