Auteur de quelques 25 livres, Tony Hillerman était (il est mort en 2008) surtout connu pour les enquêtes de son trio de héros fétiche : Joe Leaphorn, Jim Chee et Bernadette Manuelito au sein de la police tribale navajo de Window Rock, Arizona. Cette nouvelle sortie de la collection Rivages/Casterman/Noir est en fait la première adaptation en bande dessinée de son œuvre atypique. Et « L’homme squelette » est une bonne introduction à son univers car si ses protagonistes y ont un rôle plus discret, on retrouve ici ce qui fait tout le sel de cette série : ce contexte amérindien omniprésent -ses coutumes, ses croyances, sa culture- qui fait que ce polar ne ressemble à aucun autre ! Car quand le rationalisme des enquêteurs se heurte au shamanisme et aux mythes originels indiens (belle promesse de fraîcheur et de surprise pour le lecteur !), cela complique forcément les choses !

Will Argunas (alias Arnaud Guillois), au travers des œuvres duquel on avait déjà pu sentir un vrai intérêt pour la culture nord-américaine, livre ici une partition sans fausse note. Il s’approprie en effet avec un certain naturel l’univers d’Hillerman pour conter avec conviction le destin d’une poignée de diamants parmi les plus chers au monde. Perdus dans les gorges du grand canyon d’Arizona depuis le crash de l’avion qui les emmenait dans l’ouest américain en Juin 1956, les fameux brillants jouent ici le rôle de révélateur des différentes facettes de l’âme humaine. Symboles de vérité pour Joanna Craig (en retrouvant les diamants, elle retrouvera peut-être les ossements de celui qui les transportait dans une mallette attachée à son poignet et pourra prouver qu’il était bien son père), synonymes de pactole pour Chandler, privé sans foi ni loi , de ruine pour le vieux Plymale ou de simples cailloux pour le shaman Hopi qui les trouva et les utilisa pour décorer une grotte en l’honneur de l’homme squelette ( l’esprit gardien de leur monde intérieur), ils sont au centre de cette drôle de chasse au trésor.

Une intrigue singulière habilement mise en valeur par cette adaptation qui a su préserver tout son mystère et ses particularités. Un bon cru.

(rivages/casterman/noir)