petitOn ne choisit pas l’époque et encore moins la famille à laquelle on appartient : Petit va l’apprendre à ses dépens. Alors qu’il vient tout juste de naître, il est aussitôt condamné à la mort par son père, le Roi-Ogre Gabaal. Sa faute ? Être de taille presque humaine alors qu’il est issu d’une famille d’Ogres géants ! Heureusement pour lui, dans un réflexe maternel, sa mère le gobe et fait croire au roi et à sa cour qu’elle l’a mangé (dans la famille, depuis le règne du Roi-Dieu, on mange de la chair humaine…) avant d’aller le confier à Desdée, la tante du roi, qui vit recluse après avoir renié les us et coutumes familiales. C’est elle qui, à l’abri des regards, l’élèvera en essayant de lui inculquer ses valeurs. Mais Petit reste néanmoins un Ogre et risque, malgré tout, de succomber un jour ou l’autre à l’appel de ses gênes…
C’est une véritable saga que Gatignol et Hubert nous proposent de suivre ici ! Car la très bonne idée de ce récit (en plus des questions, particulièrement intéressantes, liées au thème central qu’est le déterminisme familial, qu’il soulève) est de nous faire découvrir toute l’histoire familiale de ces Ogres-Dieux au travers de celle de Petit. Car pour comprendre pourquoi ils en sont arrivés à ce stade de dégénérescence et de barbarie, il faut forcément regarder dans le passé et jeter un œil à l’arbre généalogique de ces Ogres-Dieux ! Ainsi, alors que la narration principale suit Petit (son évolution, son questionnement, ses doutes…), des apartés entièrement écrits (seules une ou deux illustrations les accompagnent) viennent régulièrement l’interrompre pour mettre un coup de projecteur sur tel ou tel membre de cette famille « hors normes ».
Un conte gothique particulièrement inspiré (mais c’est une habitude avec Hubert) qui doit beaucoup au travail graphique de Gatignol que l’on découvre pour l’occasion : son trait très fin et précis et sa palette de couleurs volontairement restreinte (des noirs, blancs et gris) donnent véritablement une âme à « Petit », petit joyau que l’on n’est pas étonné de retrouver dans la toujours étonnante collection Métamorphose !

(Récit complet – Métamorphose)