peterkernel_thrillDans mon report de leur concert, j’expliquais avoir été déçu que Peter Kernel n’ait pas joué plus de morceaux de leur excellent « White Death Black Heart » parce que les titres de leur nouvel album me paraissaient moins immédiats et directs. Bon, je n’avais alors écouté « Thrill Addict » que 2 fois mais c’était peut-être finalement bon signe quand même. C’était en effet la preuve que le trio ne se répétait pas mais aussi, et surtout, que leur musique devenait plus complexe, plus personnelle. Car plusieurs écoutes de cet album plus tard, il faut se rendre à l’évidence et revoir notre jugement : on a là un très bon album, un cran en dessous de son prédécesseur (mais il avait placé la barre si haut que ce n’est pas anormal…), c’est vrai, mais un très bon album quand même qui voit le groupe garder ce pour quoi il s’est fait connaître et apprécier (la grande complicité de Barbara et Aris, couple à la ville, dont les chants s’apostrophent, se répondent, bref dialoguent ou ce mélange de passages très mélodiques et délicats et de séquences plus énervées) tout en emmenant ses morceaux plus loin et en leur donnant davantage d’originalité (avec certaines intros qui pourront étonner de prime abord et des structures de morceaux inattendues).
Du coup, Peter Kernel prend ici ses distances avec l’art-punk des 2 premiers albums ou en tout cas l’ouvre davantage à la pop. Une indie-pop-rock imprévisible et touchante que l’on rapprochera (à défaut de mieux) du Blonde Redhead des derniers albums ou d’un Reiziger dans ses moments presqu’emo-pop emmenés par les arpèges d’Aris. Brillante sur la première moitié de l’album (avec les excellents « Ecstasy », « Your Party Sucks », « Leaving For The Moon » ou « You’re Flawless »), un peu moins par la suite. Espérons en tout cas avoir l’occasion de recroiser le trio sur scène d’ici peu (ce qui devrait être faisable car ils tournent beaucoup en ce moment en France) pour apprécier ces nouveaux titres à leur juste valeur cette fois !

(Album – On The Camper Records)