retourazeroParce qu’il a été jugé responsable d’une explosion dans le quartier de Lepolvi qui a entraîné la mort de 40 000 personnes, l’ingénieur Jâ Benal a été condamné à la peine capitale : l’exil lunaire ! En réalité, l’homme est un génie de l’atome qui est envoyé par la Haute Cour terrestre pour infiltrer la colonie lunaire qui, depuis 2 siècles que la Terre y envoie ses condamnés, a réussi à s’adapter à ce nouvel environnement hostile et même à inventer une technologie avancée. Jâ Benal devra notamment en apprendre plus sur leur projet d’attaque contre la Terre…

Vous voulez que je vous donne 3 raisons d’acheter « Retour à zéro » ? En premier lieu, tout simplement parce que c’est le tout premier roman écrit par Stefan Wul qui est ici adapté. Un récit dans lequel l’auteur se lança pour écrire à sa femme une meilleure histoire de SF que celle, décevante, qu’elle venait de lire…Un premier jet improvisé, écrit sans préalable par Wul, forcément très frais et spontané, tout droit sorti de son imaginaire qu’il était. Mais aussi parce que c’est la première fois depuis que la collection a vu le jour que le binôme qui a travaillé à son adaptation a décidé d’en faire un one shot. Et enfin parce que Smolderen et Bourlaud ont fait un choix graphique très particulier pour ce livre : faire en sorte que le côté visuel soit dans l’esprit du contexte historique et littéraire auquel l’histoire de Wul se rapporte, à savoir la fin du XIXe siècle (avec ce fantasme de voyage sur la Lune, par exemple). Cela donne un style flamboyant, aussi étonnant qu’original, puisant dans les illustrations victoriennes, le cubisme ou le futurisme italien.

Mais bon, finalement, je me fatigue peut-être pour pas grand chose… Il suffisait probablement que je vous dise que « Retour à zéro » est la nouvelle sortie de la collection « Les univers de Stefan Wul » pour que vous le lisiez, non ?

(Récit complet – Les univers de Stefan Wul/Ankama)