agentsidegrinderC’est quand même drôle les codes que certains groupes se croient obligés de respecter. Pochette sombre et un brin mystique avec ces symboles ésotériques, musiciens tout de noir vêtus…Si ces gars-là ne viennent pas de la cold wave, c’est à ne plus rien y comprendre…Bon l’avantage c’est que l’on sait à quoi s’attendre ! Même si Agent Side Grinder a visiblement pas mal évolué depuis ses débuts (Alkimia est leur quatrième album) et a incorporé pas mal de pop à sa musique faite de post-punk donc, d’électro (les synthés sont à la fête ici) ou même d’indus (surtout sur « Last Rites » qui clôt l’album façon Dead Can Dance).

Une sorte de dark pop ou d’electro-wave sombre suivant les morceaux, qui fonctionne très bien, comme sur les 2 tubes underground que sont « Into The Wild » ou « For The Young », notamment grâce au chant charismatique de Kristoffer (le groupe nous vient de Suède…) Grip, parfois proche de Dave Gahan (on pense d’ailleurs régulièrement à Depeche Mode à l’écoute d’Alkimia), qui impose vraiment une présence et à des mélodies mélancoliques imparables. Sans oublier quelques lignes de basse (écoutez le single « This Is Us ») assez réjouissantes. Très bon album !

(Album – Progress Productions)