metzIIUn rapide coup d’œil à la pochette… Cool : l’esthétique est la même que pour l’album précédent ! Parce qu’il faut être clair : tout ce que l’on espère, c’est que ce II soit dans la continuité de son prédécesseur et que l’on se prenne, de nouveau, une bonne claque punk-noise. Le temps de mettre la galette dans le lecteur et nous voilà rassurés : dés « Acetate », on sait que l’on va prendre la déferlante sonore attendue. 30 minutes durant, le trio ne relâchant que rarement son étreinte. 30 minutes de tension, de furie électrique, d’agression sonore dans les règles de l’art. On ne sait pas après qui Alex Edkins en a mais à en juger par ses hurlements répétés, il est sacrément remonté !

Le son est abrasif, la guitare vindicative et épileptique et la batterie pilonne à tout va : Metz ne fait aucun compromis sur ces 10 titres. Le groupe a beau avoir incorporé ici de nouveaux instruments : guitare baryton, synthés ou piano, pour les arrangements, le résultat est toujours aussi efficace et féroce. « Spit You Out », « IOU » ou le néo-grunge (on pense d’ailleurs souvent à Nirvana à l’écoute de II, et pas uniquement à cause du chant braillé d’Edkins qui rappelle celui de Kurt Cobain) « Wait in Line » peuvent en témoigner. Un brin éprouvant, c’est vrai, mais que ça fait du bien de temps en temps. Les nostalgiques du label Touch And Go vont être comblés.

(Album – Sub Pop)