l_or_2_MichelMichel est orpailleur en Guyane, à Maripasoula. Et lorsqu’il extrait quelques pépites de sa concession, il croit qu’il voit enfin le bout du tunnel. Enfin, il va pouvoir avoir une vie différente de celle de son grand-père, arrivé ici comme bagnard et qui n’a ensuite pas eu le droit de repartir et de son père qui a fait le larbin toute sa vie pour la famille de Maréchal, un Boni descendant d’esclave marron. Alors la première chose qu’il fait c’est venir dans le bar de Maréchal, justement, pour offrir à boire et des femmes à tous les clients présents. Un étalage qui ne plait pas vraiment à tout le monde et qui fait des envieux…

Double originalité pour cette nouvelle série de Piatszsek à qui l’on doit déjà quelques récits très réussis comme la série Commandant Achab (avec Douay aux crayons) ou Tsunami (avec Pendanx, chez Futuropolis). La première est formelle : si L’or est une série en 6 tomes, chaque épisode peut se lire indépendamment tout en apportant un éclairage particulier à l’ensemble. La seconde, scénaristique : rarement on parle de cette autre France, aux confins de l’Amazonie, à l’Histoire si particulière (les lieux sont forcément marqués par le passage des bagnards à Cayenne ou le commerce du Bois d’ébène, comme on l’appelait à l’époque), où les lois de la république ne signifient pas grand chose aux yeux des Indiens de la forêt ou des trafiquants venus du Brésil. C’est ce qui fait tout le sel de ce second tome tendu et rythmé (qui aurait peut-être cependant mérité d’être un peu plus développé) qui nous plonge dans cet univers aux allures de western des temps modernes, quasiment sans foi ni loi, de façon très réussie. Vivement la suite.

(Série constituée d’épisodes indépendants – Futuropolis)