waterbank-destinationQuand on parle de l’influence du post-hardcore et de la noise des années 90, c’est rarement aussi flagrant que sur ce nouvel album de Watertank, tant ce « Destination Unkknown » aurait largement pu sortir à l’époque. Non pas que le son soit daté, bien au contraire, mais ce mélange de mélodies, de gros riffs, de compositions compactes, et de solidité à toute épreuve ont rarement été aussi bien apprivoisés depuis cette décennie. Il est certain qu’avec ce deuxième opus, plus encore qu’avec son prédécesseur (« Sleepwalk »), les nantais s’inscrivent dans la ligné de Helmet (époque ‘Betty’), Quicksand, ou Torche, et ce à un niveau guère atteint en France. Car les gars (et leur chanteur/compositeur en tête) connaissent leur sujet.
Avec Watertank, c’est le grand retour de la mélodie. Non pas de la pop, car la musique reste puissante et grasse, mais l’écriture pense régulièrement à faire des titres harmonieux, sans volonté de perdre l’auditeur. « Surrender » pourrait nous rappeler sur ce point l’approche des excellents Jawbox.
La contre-partie reste évidemment que les amateurs de nouveautés et de surprises ne seront pas rassasiés, mais ce « Destination Unknown » a le mérite de réunir à nouveau le gros son post-hardcore et les mélodies. Il possède aussi évidemment le mérite de rappeler à notre bon souvenir comme ce style, une fois bien maîtrisé, possède une efficacité à toute épreuve.

(LP – Solar Flare)