5000kilometresFauve d’or –complètement mérité- du meilleur album à Angoulême 2011 et pourtant on était, à l’époque, passé à côté de Cinq mille kilomètres par seconde ! Difficile de savoir pourquoi. Probablement un de ces mystères dont la vie a le secret. Heureusement, l’éditeur indépendant suisse Atrabile (dont on redit tout le bien que l’on pense du travail éditorial) a eu la bonne idée de sortir une nouvelle édition, superbe !, du roman graphique. Une aubaine qui nous donne l’occasion de réparer, enfin, notre erreur !

Car il faut lire Cinq mille kilomètres par seconde si vous ne l’avez pas encore fait. Le récit qui a lancé la carrière de Manuele Fior est en effet un livre rare. Le genre de livre qui parvient à saisir, comme par magie, la vie dans ce qu’elle a de plus beau, mais aussi de plus complexe et paradoxale, en quelques cases. L’excitation du premier rendez-vous amoureux à l‘adolescence ; la mélancolie de ces années de jeunesse qui voile le bonheur d’attendre un enfant, plus tard ; les regrets teintés parfois d’amertume de la quarantaine quand on commence à regarder derrière soi…

A travers l’histoire de Pierro et Lucia, leur première rencontre, timide, quand Lucia est venue emménager en face de chez Pierro, leur rupture 5 ans plus tard, un coup de fil de Lucia qui se trouvait alors à Oslo à Pierro, chargé de fouilles archéologiques en Egypte, pour lui annoncer qu’elle attendait un enfant de son nouveau compagnon Sven et leurs retrouvailles, 20 ans plus tard, le temps d’une soirée, dans leur ville natale, c’est bien de la vie dont Manuele Fior vient nous parler. Des surprises qu’elle nous réserve. Des décisions, parfois difficiles, qu’elle nous oblige à prendre et qui changent à tout jamais son cours. Ou des hasards parfois bien mystérieux qu’elle place sur notre chemin. Sans oublier l’amour, beau, imprévisible, compliqué, parfois incompréhensible, sans lequel la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue. Il le fait avec une grande subtilité et une incroyable justesse. D’une signature graphique –un travail entièrement réalisé à la peinture- aussi belle que personnelle. Un très grand livre, vraiment.

(Récit complet – Atrabile)