theK_burningpatternThe K. reste définitivement un groupe étonnant. Après un premier album remarqué (« My Flesh Reveals Millions Of Souls »), les belges reviennent avec un disque plus précis mais toujours aussi surprenant. Leur approche de la musique noise et agressive n’est à en point douter toute personnelle. On retrouve bien les coups de rasoir dans la figure typique de ce genre de musique, mais le traitement de la voix peut renvoyer aux productions plus mainstream des années 90. On ne sait jamais sur quel pied danser. Le groupe sait frapper fort, mais avec The K, le noise-rock se conjugue avec de grands airs, des mélodies de chant soignées (parfois trop), et un éclectisme qui peut étonner. Le trio passe ainsi d’attaques noise-rock entêtantes (Sleeper Hold) à des titres beaucoup plus léchés, et bien plus indie-pop (The Memorial of Venice), n’hésitant pas à perdre un peu l’auditeur. Pourtant c’est encore quand il est direct et sauvage, avec le plus punk « Piggish », tube incontestable, que leur musique prend toute son ampleur.

(Album – Jaune Orange)