givepeaceMarcelino Truong a 6 ans quand ses parents quittent le Vietnam pour s’installer à Londres. C’est là qu’il vivra ses années de jeunesse jusqu’à ce qu’il parte finir son lycée à Saint-Malo. Un choc culturel, bien sûr, puisque la famille débarque en pleine vague pop. Avec sa sœur Mireille et son frère Dominique, ils ne tardent pas à découvrir les comics de guerre anglais, les Action Men, les Beatles, les Rolling Stones ou le football sous la pluie. Une vie exotique pour eux qui aurait pu être enchanteresse s’il n’y avait eu, à la maison, les crises de leur mère, en proie à la dépression, et l’écho des bombes au Vietnam dont les explosions résonnaient jusqu’en Angleterre…

Denoël Graphic ne sort qu’une poignée de livres par an mais quels livres (on se souvient de Gemma Bovery ou Moi, assassin) ! Give Peace A Chance (qui fait suite à Une si jolie petite guerre qui racontait les premières années de la vie de l’auteur aux Philippines puis au Vietnam), très beau roman graphique, ne fait pas exception. Le livre raconte donc l’enfance puis l’adolescence de Marcelino Truong dans l’Angleterre des années 60 et 70. Tout à tour drôle, critique ou émouvant, il nous fait revivre ici avec talent cette période d’une position privilégiée : celle d’un enfant franco-vietnamien exilé en Angleterre. Ce qui lui permet d’évoquer l’insouciance de ces années, avec les jeux d’enfants, les bêtises avec Domi, le frère de l’auteur, puis les premiers émois amoureux et la découverte de la pop anglaise mais aussi les tensions, à la maison, dues à la fragilité des nerfs de sa maman et, surtout, aux nouvelles venant du Vietnam et de la guerre qui y faisait rage.

Des évènements qui influaient quasiment quotidiennement sur la vie des Truong puisque toute la famille du côté de son père y habitait et sur lesquels l’auteur revient, avec une grande rigueur (il montre le conflit de différents points de vue : européen, américain, nord-vietnamien ou sud-vietnamien), pour rappeler, notamment, le peu de cas que la communauté internationale a fait du peuple sud-vietnamien, les américains les abandonnant à leur triste sort après 1973 et les opinions publics occidentales, voulant faire preuve de progressisme, soutenant le Viêt-Cong du nord (tout comme ils soutinrent la cause Khmer rouge, avant leur arrivée au pouvoir, au Cambodge…). Un roman graphique passionnant qui mêle à merveille intime et historique et que le dessin inventif de Truong rend très vivant.

(Récit complet – Denoël Graphic)