endescendantUne rencontre amoureuse à Venise qui n’aura finalement pas lieu, 2 copains qui partent à l’aventure sur un fleuve pendant une semaine, des immigrants clandestins piégés dans le désert, une histoire d’amour entre un pervers sexuel et une poupée en plastique ou une balade, entre un garçon et le père de son copain qui vient de mourir, dans les bois pour ramasser des champignons : voici, très rapidement esquissées, quelque unes des 12 histoires courtes rassemblées dans En descendant le fleuve et autres histoires et dessinées par Gipi sur une dizaine d’années.

Un livre par définition très varié, que ce soit sur un plan graphique, narratif ou thématique. De très jolies aquarelles côtoient en effet un trait au stylo jeté ; certaines histoires font une page et s’avèrent anecdotiques (Le père qui pue) tandis que d’autres, très écrites, touchent ou surprennent et on y parle aussi bien d’amour (ou plutôt de sa quête…), de mort, de souvenirs de jeunesse ou de drames liés à notre actualité, comme celui de l’immigration clandestine.

Mais malgré son hétérogénéité, on retrouve néanmoins ici les thèmes et les ambiances chers à Gipi : cette mélancolie, cette tristesse qui sourdent du quotidien (Les 2 champignons), la difficulté, pour les protagonistes, à vivre le présent de peur que la souffrance et des choses négatives ne les rattrapent (Moi, toi, le démon et la magie noire), cette tentation de se réfugier dans le passé en se remémorant les bons souvenirs de jeunesse (En descendant le fleuve) comme si le présent était lui devenu fade et inintéressant, voire cruel (Rendez-vous à Venise). Voilà pourquoi les fans de Gipi se jetteront sur ce nouveau livre de l’auteur italien, l’un des plus atypiques de la bd actuelle. Par contre, on ne conseillera pas à ceux qui ne connaissent pas encore Gipi de rentrer dans son univers par En descendant le fleuve et autres histoires. Mieux vaudrait plutôt choisir, pour cela, Ma vie mal dessinée ou Notes pour une histoire de guerre pour pourquoi pas revenir ensuite vers ce recueil !

(Recueil de récits courts – Futuropolis)