miladyPendant au bout d’une corde, la comtesse de la Fère échappa de justesse à la mort pour finalement périr décapitée quelques années plus tard, tuée de la main même du bourreau qui l’avait marquée du sceau de l’infamie (un lys incrusté dans sa chair au fer rouge) parce qu’elle avait, alors qu’elle n’était âgée que de 13 ans, séduit un prêtre et l’avait poussé à rompre ses vœux et à vivre dans le péché avant de l’abandonner. Entre temps, elle sera devenue la femme d’un Lord anglais, De Winter, se sera muée en espionne pour le Cardinal de Richelieu et aura joué un rôle non-négligeable dans les affaires politiques françaises de l’époque…

Vous avez été enthousiasmé par le très bon diptyque du Chevalier d’Eon récemment réalisé par Agnès Maupré ? Alors réjouissez-vous car Ankama a eu la bonne idée de ressortir l’œuvre précédente de l’auteure en intégrale (agrémentée, comme il se doit, de bonus : des dessins préparatoires et des roughs des planches définitives) ! Un Milady De Winter visuellement différent (si le trait possède la même urgence, la mise en couleur passe, elle, ici, par des lavis de gris) mais très proche dans l’esprit et les thèmes abordés. On retrouve en effet ici la volonté de l’auteure de revisiter l’Histoire de France de façon décalée. L’angle d’attaque choisi est en effet plutôt original : l’Amour et l’influence qu’il a eue sur la politique et les affaires diplomatiques de l’époque ! Car l’Amour, et le sexe, bien sûr !, sont partout dans Milady De Winter ! C’est à cause du sexe que l’héroïne sera marquée et rejetée tout sa vie durant par les autres mais aussi grâce à lui qu’elle réussira (par des mariages avec des nobles) malgré tout à faire partie de la bonne société. C’est à cause de sa liaison avec le duc de Buckingham (à qui elle offrit les célèbres ferrets de diamant en gage de son amour) que la reine de France faillit provoquer une guerre avec l’Angleterre et c’est son attirance pour Constance, la lingère de cette même reine, qui poussa D’Artagnan et ses 3 amis mousquetaires à aller récupérer les diamants…

Une relecture truculente et sur-vitaminée (trahisons, vengeances et manipulations rythment le récit…) des Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas qui livre, aussi, en filigrane, une vision acide et désabusée des relations (rarement sincères, souvent intéressées…) hommes/femmes. On aime beaucoup !

 

(Intégrale – Ankama)