savages-artCet Adore Life est typiquement le genre d’album que l’on attendait au tournant après la sortie de son excellent prédécesseur en 2013. Visiblement Savages en était conscient. Et les 4 femmes ont pris leur temps avant de remettre le couvert. Jehnny Beth (alias Camille Berthomier), la chanteuse, a par exemple collaboré sur un morceau de Tindersticks ou a enregistré un projet expérimental poético-noise (moyennement convaincant) avec le groupe japonais Bo Ningen (sorti sur le label Pop noire de la française). Le temps peut-être de digérer le succès de Silence Yourself. Et de repartir au combat. Car le poing brandi, promettant d’en découdre, de la pochette annonce clairement la couleur : Savages a gardé cette colère, cette énergie, cette volonté de se battre (contre les préjugés, l’intolérance, le cynisme…). Une promesse relayée par un premier morceau rentre dedans, bien punk, grosse basse et larsens en avant. Et pour tout de suite mettre tout le monde d’accord, le groupe enchaîne avec 2 morceaux imparables : Evil, du pur Savages et l’un des tubes de l’album, avec son riff de guitare entêtant et l’également très bon Sad Person. Pas la peine de passer les autres morceaux en revue : le post-punk classe et souvent prêt à se tendre (placé ici sous le signe de l’Amour, leitmotiv de l’album, présent dans le titre, bien sûr, Adore Life, mais aussi dans les morceaux, Adore et When In Love, en passant par le sous-titre Love Is The Answer) de Savages fait une nouvelle fois mouche avec cette guitare vraiment inspirée, d’autant plus efficace qu’elle ne distribue ses riffs bien sentis qu’avec parcimonie et le chant caméléon charismatique (Souvent poussé. Du coup certains pourront lui reprocher un manque de simplicité) de Jehnny Beth.
On a beau réfléchir : on ne voit pas de temps faibles sur cet Adore Life, à part peut-être sur Adore, dont le rôle semble surtout être de faire retomber la pression avant de repartir de plus belle. Bref, l’épreuve du second album est réussie. Haut la main. Une très belle confirmation !

(Album – Matador)