septfreresFévrier 1943. Un à un les 8 membres d’un réseau de résistance sont arrêtés par les allemands ou la Gestapo française en quelques jours. Tous étaient franc maçons et leur vénérable maître ayant été abattu par les nazis au cours de cette rafle, leur loge de la Rose silencieuse a bien sûr disparu en même temps que lui. Pourtant, 8 ans plus tard, chacun des 7 survivants reçoit une lettre signée du vénérable maître les convoquant à une réunion pour la reformer. Lors de celle-ci, ils apprennent que c’est l’un d’entre eux qui a trahi la loge pendant la guerre et que personne ne sortira du temple tant que la vérité n’aura pas vu le jour…

Suite de la saison 3 de la série concept 7 avec ce nouvel opus intitulé Sept frères. Mais si le Sept nains de Lupano et Ali nous avait emballés par son inventivité et sa fantaisie, ce second épisode enthousiasme moins. De facture plus classique, le récit signé Convard, Camus et Boivin avait pourtant de quoi piquer la curiosité avec ce huis clos sensé faire éclater la vérité au centre du scénario. Mais les retrouvailles des 7 franc maçons s’avèrent au final assez prévisibles (leur réunion tourne rapidement au règlement de compte, les rancœurs refaisant surface dans ce moment particulièrement tendu et chacun suspectant l’autre d’être le traître) et surtout le final, véritable clé de voûte de ce genre de récit à suspense (on veut bien entendu savoir qui est le traître et surtout quelles étaient ses motivations !), tombe à plat, avec sa révélation quelconque et décevante. Du coup, on reste sur notre faim. D’autant que Boivin, que l’on découvre ici, livre une partition graphique irréprochable et que la construction, avec ses judicieux allers et retours entre passé et présent de narration, est bien maîtrisée.

 

(Série constituée de récits indépendants – Delcourt)