hellboy1952, bureau du B.P.R.D., le Bureau de défense et de recherche sur le paranormal. Le professeur Bruttenholm a convoqué Archie et 3 autres agents pour leur annoncer qu’ils sont envoyés en mission au Brésil où il y a eu 33 meurtres inexpliqués dans le petit village de Terroso. Les habitants sont bien sûr complètement affolés car il se dit qu’une créature surnaturelle serait à l’origine de tout cela. Avant de partir, il leur demande de prendre Hellboy avec eux pour le sortir un peu de cette base qu’il déteste tant. Ce sera sa première mission. Une mission dont il se souviendra forcément…

Mignola n’en finit plus de développer l’univers de Hellboy. Hellboy, BPRD, Abe Sapien, BPRD Origines, Hellboy en enfer et j’en passe… : on ne compte plus les nombreux spin off de la série d’origine. Il faudra dorénavant en ajouter un nouveau : Hellboy & BPRD. Mais celui-ci devait être particulièrement attendu par les fans de Mignola puisqu’il se propose de conter les toutes premières missions de Hellboy au sein du BPRD !

Côté scénario, il n’y a pas vraiment de surprises : Mignola (assisté ici d’Arcudi) propose l’habituel cocktail de comploteurs machiavéliques (ici un savant bien sûr complètement fou), de créatures démoniaques spectaculaires (une sorte de golem gigantesque tout vert) et de monstres improbables (en l’occurrence des humains bricolés à la façon du docteur Frankenstein pour que les Nazis règnent enfin sur le monde). Pas très original (même si Mignola a ajouté à tout cela un traitre infiltré dans l’équipe pour tuer Hellboy sur ordre de Frost, encore lui…), je vous l’accorde, mais très efficace, comme d’habitude. D’autant que du côté du dessin, le bulgare Maleev, qui a été choisi pour mettre en images cette nouvelle série et qui a déjà travaillé sur Sam et Twitch ou Star Wars, livre un travail graphique particulièrement réussi, dans une veine réaliste et très sombre (il utilise de nombreux aplats de noir) à la John Cassaday (Je Suis Légion, chez les Humanos) ou à la de Caneva (Métropolis, chez Delcourt). 1952 ravira donc complètement les fans (d’autant que ce premier tome propose tout un tas de bonus, des extraits du story-board de Mignola, des dessins de recherche…à la fin du récit) et fera passer un bon moment aux amateurs de fantastique qui ne se prend pas trop au sérieux.

(Série parallèle – Delcourt)