timebeforeWalter Benedict est photographe professionnel. Un soir qu’il rentre chez lui à Manhattan, il aide un vieux monsieur agressé par 3 voyous. Reconnaissant, le vieil homme lui offre un pendentif pour le remercier. Pas n’importe quel pendentif, un talisman qui a un pouvoir, lui assure-t-il : celui d’aider celui qui le possède à réussir sa vie ! Est-ce une coïncidence ? Toujours est-il que le lendemain Walter est appelé pour faire les photos d’une importante campagne de publicité ! Le shooting terminé, le superbe mannequin qui a posé pour lui l’invite dans sa loge et l’embrasse quand le patron de Walter, qui se trouve aussi être le père de la jeune fille, les surprend et décide de virer Walter sur le champ. Celui-ci, tout en regardant son pendentif, se dit qu’il aimerait revenir en arrière pour dire au vieil homme que son talisman n’est qu’un attrape-nigaud quand il se retrouve soudain devant lui, dans son appartement, au moment même où celui-ci lui a donné le fameux objet la veille au soir…

Depuis que l’on a lu son excellent diptyque Amorostasia, paru récemment chez Futuropolis, on a bien l’intention de ne manquer aucun des récits que Cyril Bonin va désormais sortir ! Et The Time Before, dont l’univers est assez proche de son œuvre précédente, n’a fait que renforcer cette volonté ! On retrouve en fait ici la patte graphique, personnelle, de l’auteur avec ce trait au crayon délicat et très précis (et cette influence manga que l’on retrouve notamment dans les visages) et surtout le côté fantastique du scénario, avec ce pouvoir qu’a le héros de remonter dans le temps à son gré pour changer le présent quand celui-ci ne va pas dans le sens voulu.

Bien sûr le thème du voyage dans le temps n’est pas nouveau. Il a même souvent été abordé, que ce soit au cinéma avec Retour vers le futur, dans la littérature avec La machine à remonter le temps ou en bd avec l’excellent Quartier lointain de Taniguchi mais Bonin parvient à le traiter d’une façon nouvelle ici. Et ce « truc » scénaristique lui permet avant tout de mettre ses personnages dans des situations les obligeant à réfléchir à des thèmes qui lui sont chers : le Destin, l’Amour (mais oui, encore…) ou la Vie. Car Walter, après avoir utilisé plusieurs fois son pouvoir, va se rendre compte que changer le cours du destin n’est pas si facile à assumer et que revivre le présent plusieurs fois n’arrange pas forcément les choses car le fait de savoir ce qui va se passer à l’avance casse la magie du moment et les choix que l’on fait ont forcément des répercussions sur d’autres aspects de notre vie.

Vous l’avez compris, on aime beaucoup cet auteur et la finesse de ses scénarios, habiles et intelligents, qui captivent tout en obligeant le lecteur à se poser des questions (c’est quoi « réussir sa vie » ?) face aux choix que font les protagonistes. Ne tardez donc pas plus longtemps pour découvrir l‘univers de Cyril Bonin si ce n’est pas encore fait !

 

(Récit complet – Grand Angle)