centaurusL’équipe composée de la dirigeante Maé, d’un ingénieur, de Maître Pierre, spécialiste de la faune, des jumelles June et Joy et de Bram poursuit sa mission de reconnaissance sur la planète Véra afin de vérifier si les passagers du vaisseau spatial vont pouvoir s’y installer. Et il vaudrait mieux ! Car le vaisseau-monde construit 403 ans auparavant pour emmener 9800 êtres humains triés sur le volet afin que la race humaine survive (les conditions de vie devenues trop mauvaises sur Terre à cause de guerres terribles et d’un climat instable menaçaient l’Humanité d’extinction) donne des signes de fatigue très inquiétants ! De premières explorations qui réservent bien sûr leur lot de danger et de surprises : des créatures menaçantes et mystérieuses, de petits êtres gris paraissant primitifs et inoffensifs mais aussi des traces d’une autre civilisation, bien plus avancée celle-là, à en juger par les soucoupes volantes et ce qui ressemble à des ordinateurs découverts sur Véra…

On s’en souvient : le tome 1 de cette « super » série (on retrouve tout de même Léo, Rodolphe et Janjetov aux manettes) avait mis Centaurus sur de bons rails. Et Terre étrangère confirme globalement les promesses que Terre promise avait fait naître. A 1 ou 2 bémols près : l’air de déjà vu qu’auront les connaisseurs de l’œuvre des 2 scénaristes (on retrouve en effet ici leurs marottes favorites : une planète inconnue à explorer, des créatures étonnantes…) et des personnages un peu trop stéréotypés tout de même (le costaud limité intellectuellement, l’ingénieur imbu de sa personne…). Mais à part cela, côté scénario on retrouve le savoir-faire du duo Rodolphe-Léo qui nous fait suivre l’exploration (forcément imprévisible, c’est ce qui rend la lecture assez excitante) de cette nouvelle planète tout en déroulant, en parallèle, l’enquête qui a lieu sur le vaisseau spatial. Car une équipe d’inspection a découvert une ouverture faite depuis l ‘extérieur du vaisseau 20 ans auparavant. Ce qui signifie qu’un intrus s’y est introduit et qu’il est encore quelque part parmi eux…Tout en saupoudrant bien sûr le tout de quelques rebondissements étonnants. Et côté dessin, Janjetov fait le boulot. Avec son trait habituel, sans surprises certes, mais lisible et efficace. Bref, les 3 auteurs continuent de développer avec habileté cette bonne série d’anticipation.

 

(Série – Delcourt)