Eric Reed Boucher alias Jello Biafra. Signe distinctif: inoxydable. A tout juste cinquante-trois ans, l’ex-frontman des légendaires (et irremplaçables) DEAD KENNEDYS ne s’arrêtera donc jamais. A un âge où certains se contentent de capitaliser pour leurs plans retraite en lorgnant déjà sur un p’tit bout de paradis factice made in Florida, le gars Biafra, lui, continue à jouer les trublions de l’ordre et de la morale établis. Avec son petit côté conservateur, ses méthodes n’ont pas beaucoup changés: plume incisive, chant guignolesque, humour caustique et punk-rock bruyant, le tout façon tarte à la crème. Après un premier essai (l’album The Audacity of Hype), le directeur de cette école très particulière propose ici un programme en cinq titres. Composée de Ralph Spight (VICTIM’S FAMILY, FREAK ACCIDENT), Jon Weiss (SHARKBAIT), Billy Gould (FAITH NO MORE) et Kimo Ball (FREAK NATURE), l’équipe pédagogique est toujours aussi prestigieuse. Elle se donne à coeur joie dans un proto-punk assez classique quand on connaît bien l’oeuvre des DK. ‘Dot Com Monte Carlo’ ouvre parfaitement les hostilités. La machine à tailler férocement des shorts semble bien lancée mais dès ‘The Cells That Will Not Die’ et son refrain pas du meilleur effet, les compositions laissent poindre quelques signes de faiblesse. Et ce ne sont pas les quelques percussions métalliques glissées ici ou là qui vont masquer les plans parfois poussifs (‘Victory Stinks’). On croit reprendre espoir avec un bon heavy-rock (‘Invasions Of The Mind Snatchers’) mais encore une fois le refrain manque de tranchant, et le break de second souffle. Le peu inspiré ‘Miracle Penis Highway’, quant à lui, taille la route sur sept longues minutes. Et que dire du groove de la version interminable ‘Metamorphosis Exploration On Deviation Street’ (uniquement présente sur CD) des anglais de THE DEVIANTS? Il est clair que cet Ep ne brille pas par sa créativité. Sans totalement ennuyer car tout de même proche de celle des DK, la formule a un côté eventé. Elle garde néanmoins un aspect attachant dans le pur style Biafra mais on aurait vraiment préféré que ce nouveau disque s’intitule ‘Enhanced Methods Of Entertaining.’

(Album – Alternative Tentacles)