frankensteinPourchassé depuis sa création, battu et torturé, haï par l’Homme, le « monstre » du docteur Frankenstein n’a jamais eu de répit. Quand il arrive dans cet ancien temple de divinités au Mexique, il se dit qu’il pourra peut-être enfin trouver le repos. Cette vieille femme, douce et bienveillante, semble en effet pouvoir lui apporter le réconfort dont il a besoin. Mais ce serait oublier que ce qu’il approche finit par être abimé, par ses propres mains, ou par d’autres, qu’elles soient humaines ou démoniaques…

On était impatients de lire cette curiosité, « infidélité » faite à Hellboy, et de voir comment Mike Mignola allait s’approprier le mythe de Frankenstein ! Une attente rapidement déçue cependant : l’épisode 1 nous rappelle effectivement qu’Hellboy a déjà croisé cette créature (dans une histoire courte dessinée par Richard Corben, La Maison des morts-vivants, qui sort en France ce mois-ci en tant que chapitre 5 de Hellboy au Mexique) et ce Frankenstein Underground continue en fait d’explorer l’univers d’Hellboy. Encore et toujours. Car le monstre de Frankenstein va, dans ses péripéties, rencontrer des créatures que les fans de la série culte de Mignola connaissent bien et livrer, au passage, quelques secrets les concernant.

Pas grand chose de nouveau finalement donc, malheureusement, dans le scénario, Mignola mêlant comme à son habitude mythes, religion et légendes pour livrer un combat titanesque entre forces des Ténèbres et tenants du bien. Civilisation d’Hyperborée, démons puissants, création du monde, feu sacré, Ogdru Hems, colosse à la force impressionnante et même Vierge Marie : le scénariste mélange tout cela allègrement (avec une bonne dose de baston pour épicer le tout bien sûr) dans ce cocktail un brin indigeste. Vous me direz que c’est le même qu’à l‘accoutumée (l’humour en moins, ce qui rend ce Frankenstein Underground plus sombre) et que d’habitude je ne trouve pas grand chose à y redire (les fans vont d’ailleurs certainement beaucoup aimé d’autant qu’il est superbement dessiné par Ben Stenbeck) mais entre le premier tome de Hellboy et BPRD, le nouveau Lobster Johnson et ce Frankenstein Underground je crois que j’ai tout simplement un peu trop forcé sur le Mignola ces derniers temps…

 

(Récit complet – Delcourt)