komplikationsNB

Festival Vicious Soul, Bordeaux le 10 juin 2016
The Suzards – KVB -Komplikations – Violence Conjugale

Et bien voilà un moment que je n’étais pas venu à Bordeaux ! Je retrouve une ville assaillie de supporters dans une bonne ambiance. C’est bon d’entendre ces langues venues de toute l’Europe. Discussion avec des polonais et direction le Void. Là, je me dis qu’il va y avoir du monde, foot ou pas. Il fait déjà terriblement chaud dans la salle, ça va être dur, mais l’ambiance est plutôt festive. Tout est en place, sauf que nous apprenons que les Suzards ne joueront pas, pour cause de malaise. Pour autant, les horaires alloués à chacun seront respectés. Prolongation apéro donc !

C’est le duo britannique KVB qui se chargera d’ouvrir. Boite à rythmes, samples, synthés et guitare sont au programme portant une musique glacée, lancinante et de très bonne tenue. Ce n’est pas sans rappeler certaines ambiances de Death in Vegas ou de Soft Moon. Mais peu à peu, les basses du clavier martèlent pour nous mener vers quelque chose de plus dansant et entêtant. Cela rendra d’ailleurs une fin de set un peu trop monolithique à mon goût, mais cela reste un concert de qualité et une bonne entrée en matière pour ce qui sera la suite.

C’est au tour de Komplikations. Line check rapide car pas de balances. Et oui, ils ont joué la veille à Charleroi. Imaginez la distance parcourue ! La salle est pleine et il fait une chaleur à mourir. Les conditions sont difficiles et ça va être à l’arrache ! Nous démarrons avec le morceau Komplikations, reprise de Killing Joke. Belle entrée en matière, originale. Cela s’annonce bien frontal. Et le public ne s’y trompe pas et offre un fervent accueil à notre généreux trio.

Et comme Komplikations savent le faire, le set ne fera que monter en intensité. Batterie de Ben haletante, Lio ouvre l’espace, martelant ses synthés avec classe. Alen tient le front de sa voix rageuse et délicate à la fois. L’énergie. Defect, Sans sentiments, Insanity, I night, et je ne vous déroulerai pas toute la set list, y passent en mode combat généreux et enlevé. Apathy provoquera le déchainement général d’un public qui résonnera jusqu’au bout de ce beau set, bien construit, avec en cadeau, deux nouveaux morceaux. Prémices d’un nouvel album à venir bientôt.

Violence Conjugale viendra clore cette belle soirée en mode disons club. Ambiance joviale et avinée, agrémentée de poppers, et oui. Et nos deux  à peine vêtus. Je rate le début… A priori, tout a commencé avec Pensée positive… J’arrive donc dans un joyeux bordel !!! Et comme toujours, je reste pantoise, à quel point ça peut être l’éclate sur des paroles tragiques. Défit sur toute cette merde ambiante ! Mais c’est surtout aussi tout le savoir-faire de Violence Conjugale. Paroles scandées, rythmiques implacables et Korgi qui vous retourne la tête. Le tout bien loin de l’image froide que l’on pourrait avoir de ce duo à l’humour franchement drôle, juste et bienveillant. Un beau bras d’honneur à la paranoïa, l’embastillement de nos esprits, nos souffrances. Défilent KGB, Blitzkrieg, L’Amputé… Minimale, spatiale. La salle est retournée, danse frénétique qui se terminera tous ensemble sur la scène avec Hans et André.

Merci à l’équipe de Vicious Soul.
Photos : Komplikations by Patricia