Sorti il y a quelques mois maintenant, nous ne pouvions pas passer à côté d’un tel objet ! Car les furieux parisiens ont fait fort pour ce nouvel album en forme de cadeau noël. En effet, ce Capitulation se présente dans une superbe boite (façon 1000 hurts de Shellac) habilement décorée, et bourrée à ras bord : en plus du nouvel album, un DVD et une compile de tous leurs morceaux rares (démos, split 45t)… plus un joli badge et un autocollant ! Merci les Unlo. Bon, revenons sur ce nouvel album : le trio continue sa folle aventure dans le monde du hardcore sur-humain. Boite à rythme toujours plus speed, basse programmée, guitares saturées, pied au plancher, et hurlement en tout genre pour 17 minutes à réveiller un mort… L’album se veut encore plus sauvage que le précédent, plus bordélique et plus extrême (donc légèrement moins de tubes). Mais une chose est sûre, les Unlogistic ne sont jamais aussi bons que quand ils lâchent, au milieu de leur chaos punk, leurs belles mélodies (souvenirs de leur adolescence skate-core), leurs plans « émo » à faire chialer les minettes, et leur rythmiques quasi jungle ! Et quand le mélange entre sur-énervement destroyer 2024 et veilles influences mélodiques atteint son paroxysme, nous ne pouvons que succomber. Reste à ne pas en faire trop, parce qu’à force de multiplier les pistes de hurlements, il nous arrive de décrocher ! En même temps, que serait Unlogistic sans son côté jusqu’au boutiste ? Un groupe qui prend tout son sens en concert où vous ne pourrez que ressortir avec la banane (et peut-être quelques bleus).
On en vient ainsi au DVD intitulé « De-Capitulation »… Un concert à Lyon dans son intégralité, histoire de rappeler à ceux qui ne les ont jamais vu la machine de guerre non-huilée à laquelle nous avons affaire, et un joli film plus abstrait résumant leur tournée. Vu que je n’aime pas vraiment les concerts en vidéo (même si celui-ci mérite son pesant de cacahuètes), je passe à la seconde partie mixant les ambiances comme un long clip psychédélique. On y retrouve les squats pourris, les punks à chiens, la drogue et des Unlogistic saouls, fatigués ou énervés (trop craquant le Ophé qui s’énerve)… le tout dans une ambiance presque arty… Ce sont les fans punk qui vont être déçus !
Enfin, les plus courageux termineront avec « Re-Capitulation », ou la compile de toutes leurs démos, morceaux rares et autres merdouilles qui ne demandaient rien de plus que de rester au fond des tiroirs… C’est très intéressant sur le plan historique, plus encore pour les fans, mais personnellement, le Unlogistic qui se cherche ne me convainc guère… Unlogistic n’a jamais été aussi bon qu’à trois avec batteur et bassiste électroniques. Fuck them all comme disait Mylene farmer !

(album / rejuvenation – waiting for an angel)