tadTad… Je les avais complètement oubliés ce groupe et son leader super imposant physiquement aux allures de bucheron américain ! Tad, c’est ce combo qui fit partie de la vague grunge fin des années 80-début des années 90, avec Mudhoney, Nirvana ou Soundgarden. Bon ils n’ont pas eu autant de succès que les autres mais ils contribuèrent tout de même à attirer les regards vers le nord ouest des Etats-Unis et Seattle avec leur heavy-punk-rock aux accents metal (notamment dans les riffs de guitare, souvent lourds). Sub Pop réédite en fait tout ce que le groupe a sorti sur le label à ses débuts, c’est-à-dire 2 albums et un EP, avant de partir sur une major (mais oui à l’époque les majors signaient encore ce genre de groupes…). Et ce en grandes pompes avec de longues interviews dans les livrets qui se déplient pour se transformer en posters et une foule de bonus (des démos, des B sides, des lives…).

Si les premiers enregistrements (God’s Balls et Salt Lick), bien heavy (ils rappellent souvent les Melvins d’ailleurs), sont assez éprouvants sur la longueur malgré quelques bons morceaux, 8-Way Santa voit le groupe s’ouvrir à davantage de mélodie, histoire de ne pas se répéter et de continuer à se surprendre (peut-être aussi sous l’influence de Butch Vig qui enregistrait l’album et qui fera le même coup avec Nirvana, un an plus tard, en 1992, sur leur Nevermind). Cela débouche sur un album plus consistant et inspiré, entre heavy rock, punk-pop mélodique voire noise-rock (comme sur Jack). Avec ce second LP, les 4 gars prouvaient qu’ils pouvaient être bons dans un autre registre, comme sur les très réussis Jinx, Flame Tavern ou 3-D Witch et leur refrain accrocheur. Et on regrette même qu’ils n’aient pas davantage creusé ce sillon-là. 8-Way Santa reste malgré tout un album tout à fait recommandable.

(Album – Sub Pop)