vectoramaEn cette période de Noël, les éditeurs s’activent pour sortir intégrales, coffrets ou tirages spéciaux. Difficile, du coup, de s’y retrouver parmi toutes ces sorties. Alors on a décidé de vous aider un peu en mettant un coup de projecteur sur ce Vectorama, premier Artbook d’Arthur de Pins !

Annoncée depuis quelque temps déjà, sa sortie avait été plusieurs fois reportée mais cela valait la peine d’attendre tant le livre est magnifique. Très grand format à l’édition particulièrement soignée (mais c’est toujours le cas avec la collection Vénusdéa !), Vectorama se propose tout simplement de faire la rétrospective de la (pourtant jeune mais déjà prolifique) carrière d’Artur de Pins, auteur génial, n’ayons pas peur des mots, passé maître en matière de dessin assisté par informatique (sur le logiciel Illustrator, pour être précis)! Très agréable à lire et richement illustré (il doit y avoir là presque tout ce que de Pins a fait à part « des dessins atroces mais bien payés » réalisés par notre homme entre 2005 et 2010 pour la pub), il éclaire, dans un premier temps, les débuts de de Pins en tant que chara designer (métier qui consiste à créer des personnages pour des séries tv ou des jeux vidéo) ou qu’illustrateur (il faut bien vivre…) avant de revenir sur les temps forts de sa carrière dans la bande dessinée : les chicks, ou la période Péchés mignons (celle que l’on apprécie le moins), qui le vit dessiner quantité de petites femmes pulpeuses et sensuelles, d’abord pour Les aventures d’Arthur (on apprend d’ailleurs une anecdote rigolote sur ce titre dans le livre) qui parut dans Max magazine puis dans Fluide Glacial ; les crustacés, ou la période Révolution des crabes, à l’origine court métrage d’animation qui deviendra ensuite (de Pins voulait en faire un long métrage mais il ne trouva jamais les financements) la trilogie La marche du crabe, éloge iconoclaste et talentueuse de l’anticonformisme et de la différence, un chef-d’œuvre de la bd !, et enfin les freaks (qu’il dessine depuis qu’il est tout petit) avec la période Zombillénium qui a débouché sur 3 excellents épisodes mettant en scène la lutte des classes dans une entreprise de monstres (les vampires dirigeant et exploitant les zombies) qui gèrent un parc d’attractions. Féroce et drôle à la fois.

Jalonné d’anecdotes et de commentaires de l’auteur, ce parcours (bio)graphique offre une superbe opportunité : voir l’évolution du travail de de Pins et comprendre le rôle de ses influences, de certaines rencontres ou parfois du hasard sur les œuvres que l’on connaît. Totalement incontournable pour les fans, Vectorama propose également des illustrations rares magnifiques (On pense par exemple à Alice in Wonderland) ou même inédites (avec même des dessins réalisés au crayon et aquarellés !) et livre quelques petits secrets concernant l’auteur (notamment sur sa technique de dessin vectoriel, d’où le titre de l‘Artbook) et autres révélations. On y apprend notamment qu’après avoir fini l’adaptation de Zombillénium en film d’animation, de Pins reprendra la série pour 3 nouveaux albums !

 

(Artbook – Vénusdéa)