Gamin, Jean-Sébastien Bérubé avait toujours été attiré par le Tibet et ses paysages grandioses. En grandissant, il a commencé à s’intéresser au bouddhisme, au Dalaï-Lama et à ses valeurs, bien éloignées de celles (l’argent, la réussite matérielle, le paraître…) que ses parents prônaient à la maison. Si bien qu’à l’âge de 20 ans, il quitta Rimouski pour aller au temple bouddhique tibétain de Montréal pour devenir moine. Sauf qu’il y apprit que pour devenir moine il faut se rendre dans un monastère et non dans un temple. Il y resta tout de même presque 6 ans avant d’avoir l’opportunité de partir au Népal pour réaliser son rêve ! Mais dés son arrivée à Katmandou, Jean-Sébastien déchanta rapidement : taxis et autres tibétains exilés qui essaient de l’arnaquer, mauvais moines qui fument et se gavent de Coca, entrée de certains temples interdits aux femmes…Tout cela est bien loin des valeurs enseignés par Bouddha…De quoi faire sérieusement douter le jeune homme quant à son désir de devenir moine !

Attention coup de cœur ! Pour son premier récit publié en France (il a par contre publié une biographie en 4 tomes de l’explorateur français Radisson au Canada), Bérubé fait mouche. D’une vraie richesse et d’une grande sincérité, Comment je ne suis pas devenu moine est à la fois un récit de voyages passionnant qui nous fait découvrir, sur les pas de son narrateur, le Népal puis le Tibet (après avoir obtenu un permis et accompagné d’un guide, il se rend au Kumbum, le stupa des 100 000 images, à Lhassa, au monastère de Sera ou au temple du Jokhang) et sa situation politique extrêmement compliqué (la Chine continue de coloniser doucement mais sûrement ce pays qu’elle a proprement annexé) mais aussi un roman graphique d’apprentissage touchant puisqu’il voit le jeune homme confronter ses rêves, forcément un peu naïfs, d’enfant à la réalité. Il fera bien sûr quelques belles rencontres, mais il sera tout de même avant tout déçu de découvrir que contrairement à ce qu’il pensait, les bouddhistes ne sont pas plus vertueux que les chrétiens. Ni plus généreux, ni plus ouverts d’esprit. Un séjour qui l’obligera également à comprendre ce qui le motivait vraiment à devenir moine. Notamment quand 2 jeunes filles tibétaines se moquent de lui parce qu’il bégaie. Et on saisit alors qu’il espérait vivre une vie normale dans ce pays, que les tibétains, censés avoir des valeurs spirituelles profondes, l’accepteraient comme il est, sans se moquer de lui…

On rit dans ce récit mais il y a aussi des larmes car Jean-Sébastien Bérubé tombe de haut. Et c’est sa façon très simple et sincère (à l’image de son dessin, spontané, très personnel et vivant) de partager ses rêves, ses déceptions et ses désillusions qui rend Comment je ne suis pas devenu moine attachant. A découvrir !

(Récit complet – Futuropolis)