Dans le précédent épisode, le capitaine de l’Infinity 8 a réussi in extremis à lancer un reboot temporel pour revenir 8 heures plus tôt et ainsi mettre fin à la menace d’un Hitler ressuscité. Nous sommes donc de nouveau au 15e jour de la croisière intergalactique entre la Voie lactée et Andromède. Et il est 9h08. Pour ce nouveau reboot, c’est le marshall Emma O-Mara qui est réquisitionnée pour sortir du spatiopaquebot et comprendre qui est responsable de cette gigantesque nécropole composée de cercueils, mausolées, cimetières qui bloquent le passage. Mais alors que le lieutenant Reffo est en train de briefer le marshall, celle-ci tue toute son équipe, coupe les communications et bloque le renouvellement d’eau du capitaine, le condamnant ainsi à une mort certaine. Elle a ensuite toute latitude pour sortir dans l ‘espace à bord de son cosmoship pour retrouver le dernier évangile de Tholman. En mettant la main sur ces écritures saintes, elle espère ainsi unifier tous les membres de l ‘église Tholmaniste qui se déchire depuis les nombreux schistes qu’elle a connus…

Qui dit nouveau reboot dit nouveau tandem pour seconder Lewis Trondheim ! C’est donc ici Vehlmann au scénario et Balez au dessin qui rejoignent l’Infinity 8 le temps d’un épisode. Certainement le meilleur sorti à ce jour !

Car L’évangile selon Emma est vraiment mené tambour battant par le duo Trondheim/Vehlmann, et comme ses prédécesseurs, il réserve son lot de surprises aussi délirantes qu’improbables (on croise ici un robot guerrier ultra puissant ou un psychohackeur qui peut, s’il a accès à de la matière cervicale de vos ascendants, prendre possession de votre esprit à distance). Mais là où ce troisième tome fait très fort, c’est qu’il a tout simplement décidé de donner le coup de grâce à toutes les religions! En retrouvant le corps du créateur de l’univers mort dans cet amas gigantesque de restes nécrophiles, Emma comprend que Dieu n’est plus et que ce en quoi elle croyait jusque là n’était qu’une illusion. Une vérité qu’elle entend faire connaître pour balayer les faux prophètes qui prêchent depuis si longtemps…Tout comme Trondheim et Vehlmann qui signent là un épisode aussi divertissant que d’habitude tout en étant, vous l’avez compris, particulièrement critiques envers la religion, surtout responsable d’innombrables morts depuis qu’elle a vu le jour. Un nouveau reboot des plus réjouissant!

(Série en 8 épisodes – Rue de Sèvres)