Deux filles, un gars, et une vieille BMW jaune décrépie. L’une tient une carabine, l’autre est au volant, lui porte un jogging deux bandes. Vous voilà prévenus, ce trio de Belgrade, Serbie, est du genre freaks, la guitare qui dégouline de distorsion, et l’ambiance flippante. A mi-chemin entre post-punk sombre et frappes punk noise, Repetitor sort un album un peu branlant mais habité, voir hanté. On appréciera leur noirceur, ces voix sur rythmiques répétitives, tout autant que ces débordements dignes des Stooges. Il faut certes se faire au Serbe dans le texte, au jeu un peu lourdingue, ainsi qu’à cette précision qui déborde d’un peu partout. Le trio n’est pas là pour faire dans la finesse, avec la mèche sur le côté et la barbe bien taillée. Ici tu portes encore une petite chaine autour du coup, et on entend quand tu enclenches la pédale de disto. Alors oublies tes jolis disques de Nirvana et vient trinquer avec Repetitor… Tu sentiras à nouveau le danger.

(Album – moonlee rds)