Si, comme Brigitte Bardot dans les sixties, tu aimes Serge Gainsbourg et les animaux, alors il se peut que la Josy et ses petits poneys te parlent. Leur truc à eux, on le savait déjà quand ils jouaient entre gars, c’est le surf et la pop sixties vitaminée, jusqu’à reprendre Dick Dale ou d’autres… ça n’a pas changé avec l’arrivée officielle de Josy et ses textes en français. Elle amène juste un peu plus de fraicheur faussement naïve. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils se sont appliqués. Production impeccable, tubes en nombre… Mais soyons honnêtes, on est plus en face d’un exercice de style, parfaitement maîtrisé, qu’en face d’une grande création. On se croirait revenu dans « Ne Nous Fachons Pas » avec la fameuse « Rosbeef Attack » (Bernard Gérard). Ça tombe bien, ici on adore. De même les références, ou clins d’œil, à Gainsbourg/Bardot ne se comptent plus. Il faut l’accepter. Alors seulement, l’énergie surf et démoniaque du groupe vous attrapera, et votre boum pop pourra commencer à prendre.

(album – rockerill)