Embarquez dans ce nouveau reboot d’Infinity 8 avec cette fois Kris (qui rejoint bien sûr Trondheim au scénario) et Trystram (aux crayons) aux commandes de ce tome 4 bien psychédélique (la couverture n’est pas rose pour rien…) ! Coupe afro pour Patty Stardust (probablement un nom clin d’œil à Bowie), l’agent héroïne de ce nouvel épisode, mouvement artistique -la guérilla symbolique- mené par un gourou manipulateur (Ron Digger, qui a la tête de Jodorowsky) prêt à tout (et notamment à tuer son beau-fils en même temps que la plupart de ses adeptes lors d’un happening sanglant) pour créer le buzz médiatico-artistique, mausolée spatial consacré au club des 27 (tous les rockeurs terriens -Cobain, Hendrix, Joplin Morrisson…- morts à l’âge de 27 ans), hallucinogènes pour tous les spectateurs et le Lucy In The Sky With Diamonds (forcément…) des Beatles comme bande son : voilà le programme de ce Guérilla symbolique. Autant dire que l’enquête sur la gigantesque nécropole qui barre la route du vaisseau n’a pas beaucoup avancé…Mais on a bien compris qu’il faudrait attendre le dernier épisode pour cela !

Avec Kris à bord du spatiopaquebot, on pouvait imaginer le récit partir vers une lutte des classes intergalactiques. Il n’en est rien, le scénariste ayant préféré jouer la carte de la surprise avec cette histoire d’infiltration (rôle dévolu à Patty Stardust) dans la guérilla symbolique, étrange mouvement artistique créant des happenings spectaculaires suivis par des millions de followers (la folie des réseaux sociaux ne s’arrange visiblement pas dans le futur…) dans la confédération intergalactique saupoudré d’une bonne dose de rock’n roll (le club des 27, les Beatles, Bowie), on ne se refait pas…

Un nouvel épisode toujours aussi rythmé, délirant (vous pourrez par exemple reconnaître Kris lui-même, dans le rôle du partenaire de Patty, se faire tuer en mission…) et enlevé (les ingrédients incontournables d’Infinity 8! quoi) même s’il n’est pas le meilleur de la série de comics à la française.

(Série concept en 8 épisodes – Rue de Sèvres)