La pression monte au sein du Chronosquad mis en cause par la presse dans l’affaire des 2 ados qui avaient fugué de leur hôtel en pleine Egypte ancienne. Du coup, Penn et Télonius ont été envoyés dans la Rome antique. Là, ils font pression sur un certain Pisagallo, qui organise des voyages temporels clandestins (certaines personnes sont prêtes à payer très cher pour être témoins de l’invasion de Rome par les barbares), pour avoir accès à ses fêtes et comprendre d’où viennent ces étranges géants gris rencontrés lors de leur précédent voyage dans le temps. Au quartier général, Héra ne parvient pas à faire parler Jawer, que les agents ont ramené de 1929, du Nicaragua. Mais un test ADN apporte la preuve qu’il s’agit d’un D.V.D.Z. : un prisonnier spécial envoyé 34 ans auparavant dans le Dévonien, quelques millions d’années avant notre ère…Une faille dans les voyages temporels à laquelle le professeur Korais n’est peut-être pas étranger…
Panaccione et Albertini tiennent la cadence et vont, selon toute vraisemblance (le dernier tome est annoncé pour la rentrée de septembre!), gagner leur pari : venir à bout des quelques 900 pages de Chronosquad en 1 an ! L’une des séries les plus excitantes du moment. Il faut dire qu’elle a tout pour elle. A commencer par cette idée scénaristique géniale avec le Chronosquad et ses agents chargés de régler les infractions aux lois encadrant les voyages temporels. On les suit donc dans leurs missions dans le Paléolithique, la Rome antique ou le Nicaragua révolutionnaire de Sandino. Impossible de s’ennuyer une seule seconde ! D’autant que le rythme est toujours aussi soutenu puisque l’on continue à suivre, en parallèle (et entre autres), les voyages dans le temps de Télonius, Penn et Beylogu, les préparatifs de la grande révolution socialiste transtemporelle de Silverberg ou l’enquête sur ce mystérieux Jawer ou les géants gris au QG du Chronosquad, le tout accompagné d’un humour souvent bien senti. Et la fin s’annonce palpitante, avec la possible trahison (c’est en tout cas ce que Poulet et cervelle de paon à la romaine laisse supposer) du Professeur Korais lui-même ! Rendez-vous en septembre pour ce dénouement très attendu !

(Série en 4 tomes – Delcourt)