Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas chroniqué un album des Melvins…Un double album en l’occurrence ! Intitulé A Walk With Love And Death, il rassemble Death, un album à part entière du groupe, et Love, la musique « composée » pour un court métrage de Jesse Nieminen également intitulé A Walk With Love And Death. Et présente, en gros, les 2 facettes que l’on connaît des Melvins puisque le premier disque propose 9 titres de heavy rock et que le second représente le côté délirant du groupe, comme ce qu’ils avaient pu faire sur l’album Prick, un vrai enfumage pour le coup !, qu’ils avaient sorti sous le nom de Snivlem sur Amphetamine Reptile il y a près de 20 ans. Autant dire que ce second cd est réservé au fans absolus de la bande à King Buzzo, sensibles aux collages sonores mêlant l’humour 25ème degré du trio, enregistrements en extérieur, impros surréalistes ou effets sonores que l’on dirait tout droit sortis d’une série Z de SF…En comparaison, Death paraît très accessible…Plus que d’habitude même. Bon on parle quand même là des Melvins. Il faut donc aimer les riffs de guitare gras, les sections rythmiques lourdes, les mélodies bancales et la voix d’Osborne, capable d’à peu près tout: d’ hurler comme un patient d’hôpital psychiatrique, de prendre des intonations de prêtre sataniste voire de chanter normalement. Si si. Bref, il faut aimer le heavy rock décalé même si comme je le disais les Melvins proposent aussi ici pas mal de morceaux plus posés et calmes que d’habitude (l’influence de Steve McDonald qui tient la basse sur cet album?), avec peu de saturation, comme Blach Heath et Sober-delic (acid only) qui ouvrent d’ailleurs l’album.
A Walk With Love And Death n’est peut-être pas le meilleur album que les américains aient sorti ces derniers temps (et ils en ont sorti un paquet) mais c’est un bon album tout de même, qui parvient à surprendre (on a du mal à reconnaître les Melvins sur What’s Wrong With You ? par exemple) et qui a cette fois le mérite de faciliter la tâche de l’auditeur en plaçant les délires habituels du groupe sur le second cd… Ah j’allais oublier: Dale Crover, le batteur du groupe, sort son premier album solo cet été sur Joyful Noise !

(Double album – Ipecac Recordings)