Cullen James a connu des moments difficiles: enceinte d’un homme qui ne l’aimait pas, elle a dû prendre une décision difficile en avortant. Mais désormais tout va pour le mieux: elle a enfin retrouvé Danny, dont elle était tombée amoureuse à la fac, en Italie, et est enceinte d’une petite fille. Pourtant, elle commence à faire des rêves étranges. Etranges parce que ce monde, Rondua, très coloré et surréaliste (ceux qui l’accompagnent sont un garçon prénommé Pepsi, un chien géant répondant au nom de Monsieur Tracy et Martio le dromadaire, un autre animal géant), ne semble suivre aucune logique. Mais surtout parce qu’à chaque fois qu’elle s’y rend, le « récit » reprend là où elle l’avait laissé la fois précédente…Des rêves si puissants et qui paraissent si vrais qu’ils commencent à avoir une incidence sur sa vie réelle. A moins que ce ne soit l’inverse…
Pas étonnant que Neil Gaiman signe la préface et y adoube littéralement Os de Lune et tout ce qu’a pu écrire Jonathan Carroll, son auteur. Car il se reconnaît forcément en lui: en sa façon de nous emporter dans un univers aussi personnel qu’imprévisible, en son envie d’explorer des territoires littéraires encore peu empruntés (la première édition française d’Os de Lune date de 1990, chez Albin Michel), en son goût pour interroger, et jouer, avec la frontière entre rêve et réalité. Car ce roman ne parle que de ça, il n’est même que ça puisqu’il brouille constamment les pistes, mêlant progressivement monde réel et rêves jusqu’à ce qu’ils ne fassent plus qu’un. Etonnant récit, Os de Lune est aussi une réflexion originale sur la puissance de notre imaginaire et de notre inconscient, qui nous fait vivre d’incroyables aventures pendant que l’on dort ainsi que sur la notion de réalité. Car, après tout, qui peut dire avec exactitude où finit l’imaginaire et où commence la réalité. Ce qui relève de la folie et de la normalité. Et questionne bien sûr, aussi, en filigrane, la vie elle-même: est-elle bien réelle ou n’est-elle qu’une illusion ? Très original !

(Roman – Aux Forges de Vulcain)