Alors que Ralph Azham poursuit ses entretiens avec les bleuis qu’il a fait revenir de tout le royaume, Yassou parvient à localiser Will qui les avait trahis. Ralph part le retrouver accompagné d’une petite délégation pour comprendre pour le compte de qui il les a espionnés pendant tout ce temps. Au même moment, le roi l’appelle avec « la mâchoire de machin truc » (l’un des objets magiques d’Astolia). Il a besoin d’aide. Il est tombé dans un traquenard sur l’île de Brégavan. Son préfet, Potolsian, est devenu un adepte de la secte naturelliste qui prône, tout comme Vom Syrus, l’éradication des bleuis et il se sert du roi comme appât pour faire venir Ralph et ses amis…
Cet épisode 10 poursuit la parenthèse entamée avec son prédécesseur puisqu’il continue de s’intéresser à la crise que Ralph traverse: nommé surintendant par le roi, il se rend compte qu’à cause de ses nouvelles fonctions, il ne peut plus faire confiance à personne. Ni à ses ennemis affichés (comme Tilda Pönns ou le préfet Potolsian) bien sûr ni à ceux qui l’entourent (comme le roi, Will et même Zania car il découvre qu’elle lui a caché son second pouvoir qui lui permet d’influencer les gens indécis en les touchant). Autant de choses qui lui font toucher du doigt la complexité d’exercer le pouvoir (se méfier de tout le monde, faire des choix, être parfois injuste, accepter des compromis…) et lui font voir le roi d’une façon différente. Et si, finalement, il s’était trompé sur son compte ?
Toujours pas de Tilda Pönns dans cet épisode, mais un ennemi de plus (Potolsian) et une nouvelle trahison (celle de Zania) pour Ralph Azham et toujours autant d’inspiration côté scénario avec, en prime, ces banderilles, auxquelles Trondheim nous a habitués depuis le début de la série, balancées contre la religion ou le pouvoir (« C’est comme ça. Ceux qui veulent un monde de paix sont bien plus nombreux, mais c’est toujours les tarés qui veulent le pouvoir »). Vivement la suite !

(Série – Dupuis)