La directrice a distribué les récompenses aux élèves les plus méritants et l’institutrice a remis les diplômes : ça y est, c’est les vacances ! Il ne reste plus qu’à prendre une ou deux plantes pour s’en occuper pendant l’été et à rentrer à la maison. Où le papa de Marzi lui apprend que cette année, grâce à son usine, elle va pouvoir partir à la mer pour la première fois. A côté de Gdansk, sur les bords de la Baltique.
Marzi a grandi. Dans ce tome 7, si elle rêve toujours d’aller en France (en camion de routier, pour pouvoir apporter des choses aux français…), sur la plage, avec la puberté qui approche, elle se découvre un nouveau centre d’intérêt: les garçons. Surtout quand ce beau blond allemand vient lui parler. Son pays, la Pologne, a changé aussi. Grâce à Walesa et Solidarnosc, en cette année 92, la Pologne profite de la démocratie et découvre un monde autre que le communisme: des kiwis sur les marchés mais aussi des oranges et du Pepsi que les américains envoient…
Ce tome 7 se déroule à Gdansk. Tout un symbole: c’est là que les révoltes ouvrières et le mouvement Solidarnosc ont débuté et ensuite entraîné la Pologne vers la liberté. Et c’est là aussi qu’une nouvelle période, l’adolescence, s’ouvre pour Marzi. Une belle façon de clore cette série sympa qui raconte les souvenirs d’enfance de son auteure (d’où son ton assez léger et le dessin ligne claire tendre de Savoia) dans la Pologne communiste des années 80.

(Série en 7 tomes – Dupuis)