N’importe où ailleurs en France, l’assassinat de Lilo ne serait pas resté impuni. Car si le descendant d’esclave est mort, c’est bien parce que quelqu’un a saboté le générateur qui l’aidait à respirer. Sauf qu’au plus profond de la forêt guyanaise, le droit et la justice ne sont pas rendus de la même façon. Et à force de s’entêter à vouloir trouver le coupable pour qu’il soit jugé, Etienne, le gendarme fraîchement arrivé, va l’apprendre à ses dépens…
Nouvel épisode de L’or et nouveau changement de point de vue. Comme depuis le début de la série, ce tome 4 se focalise en effet sur un autre protagoniste pour nous permettre de suivre l’histoire sous un angle différent. Après Issaïas, jeune brésilien qui a traversé la frontière clandestinement en quête d’or, Michel, l’orpailleur blanc qui rêve de faire fortune, Lilo, le Boni descendant d’esclave qui vit dans la jungle, c’est cette fois Etienne, un gendarme, que l’on suit dans sa quête de vérité. Au mépris des dangers. Car certains sont bien entendu prêts à tout pour que l’on ne remonte pas jusqu’au coupable et son commanditaire. Des risques que Valras, le supérieur d’Etienne corrompu jusqu’à la moelle, ne semble pas vraiment prêt à prendre…
Une suite toujours aussi réussie qui garde le rythme et la tension qui caractérisent le récit depuis ses débuts et continue de nous montrer la Guyane sous un jour nouveau. Une très bonne série, sorte de western d’un genre nouveau : sans foi ni loi, comme le veut le genre, et amazonien, ce qui est plus original.

(Série en 6 tomes – Futuropolis)