Nouveaux venus sur le label belge Jaune Orange, The Scrap Dealers ajoutent une carte garage shoegaze au collectif. En effet, sur ce nouvel album, le groupe mélange l’énergie garage de ses débuts avec un aspect éthéré quasi psychédélique. Ajouter à cela une dérive shoegaze raffolant des mélodies pop et vous devriez comprendre où ces gars veulent vous emmener. S’inscrivant assez logiquement dans un style en vogue, cet album sera facilement rangé aux côtés des bordelais de JC Satan quand ils s’énervent (« walking alone »), ou de Ty Segall, de Ride, de Jay reatard ou The Brian Johnston Massacre. On ne va pas tous les citer, bien que The Scrap Dealers ne soient pas les plus originaux, ils gardent une approche agréable et même si l’album a tendance à s’essouffler sur la longueur, il offre quelques bons moments que les amateurs ne devraient pas bouder.

(Album – jaune Orange)