Clara est enceinte. Jean va devenir papa ! C’est le moment qu’il choisit pour trouver un travail. Alors Jean a mis le beau costume qui lui a coûté une blinde pour aller rencontrer Chichi, son « ancien » (c’est comme ça que l’on dit…) des Arts, à sa boîte. Il lui a dit qu’il avait peut-être du boulot pour lui. Mais quand Jean se retrouve sur le parvis de la Défense entouré d’hommes en costume-cravate comme lui qui semblent tous allés au même endroit tels des moutons, il se demande s’il n’est pas en train de renier une partie de lui-même, de rentrer dans le moule, en allant à ce rendez-vous…
L’arrivée d’un bébé dans un couple vous change une vie. Tous ceux qui sont papa ou maman savent de quoi je parle. Rien n’est plus jamais comme avant après ça. Je parle bien sûr de la place que le bébé prend au quotidien mais aussi des questions que l’arrivée de l’enfant ne manque pas de poser. Sur son éducation et les valeurs que l’on veut lui transmettre, sur notre responsabilité en tant que parents, sur ce que l’on veut faire pour qu’il s’épanouisse au mieux dans notre société consumériste qui nous pousse à étudier pour ensuite travailler et pouvoir mieux consommer après. C’est tout cela que Le cil vert nous raconte, avec beaucoup d’humour et d’autodérision, dans Rentre dans le moule. Jean s’y met en scène sur un tapis roulant qui l’emmène, malgré lui, à grande vitesse (ce qui ne lui laisse pas beaucoup de temps pour réfléchir), comme les autres autour de lui, vers ces boîtes mystérieuses qui transforment, qui formatent, bref, qui vous font rentrer dans le moule. Une angoisse qu’il avait déjà ressentie quand son père avait voulu (lui n’avait pas réussi à y entrer…) qu’il fasse l’école des Arts et Métiers pour devenir ingénieur ! Une belle métaphore qui lui permet de réfléchir à la norme, à la société, aux choix de vie que l’on fait ou non, tout en nous faisant découvrir l’école des Arts et Métiers, son langage, ses traditions étranges, son fonctionnement ou les liens très étroits qui unissent les anciens Gadzarts. Un récit très sympa qui pose des questions essentielles mais sur un mode léger avec ce dessin souvent drôle.

(Récit complet – Delcourt)