Étonnamment, on n’avait pas encore eu d’histoire de zombies dans les 4 premiers tomes d’Infinity 8. Eh bien, c’est maintenant chose faite avec Le jour de l’apocalypse, Davy Mourier (qui s’est chargé, avec Trondheim, bien sûr, du scénario de ce tome 5), qui a notamment réalisé La petite mort, ayant fait traverser l’immense vaisseau spatial d’une onde de chocs qui a tué nombre de passagers tout en les ressuscitant juste après que le major Ann Ninurta ne reçoive son ordre de mission. Autant dire que l’officier ne pourra aller bien loin dans l’exploration de la gigantesque nécropole qui empêche l’Infinity 8 de poursuivre sa route, toute occupée qu’elle est à dégommer du mort vivant, aidée par l’équipe de Casey Brooks, un beau militaire à barbiche à qui elle avait eu la bonne idée de donner rencard pour le soir un peu plus tôt…Et à sauver sa petite fille restée à la garderie du vaisseau. Ce qui ne va pas être facile puisqu’elle a été mordue par un zombie et a donc aussi été contaminée…Une seule solution: rester en vie pendant les 8 heures de ce nouveau reboot pour reculer dans le temps et revenir à la normale…
Un épisode particulièrement réussi, qui joue la carte de la baston et du délire à fond. Avec une très bonne idée scénaristique: faire de l’héroïne une femme forte et moderne: c’est elle qui drague les mecs tout en étant une très bonne mère capable de tout pour sauver son enfant…Ce qui ne l’empêchera pas de se décomposer lentement mais sûrement (dans une scène, elle crache ses dents devant Brooks puis perd ses cheveux…) après sa contamination…De la belle ouvrage superbement mise en images par Lorenzo De Felici qui livre ici un dessin vraiment drôle (ah les mimiques des personnages…) tout en apportant beaucoup de rythme à la narration. Peut-être le meilleur épisode depuis le début!

(Série en 8 tomes – Rue de Sèvres)