Mis bout à bout, les strips de Berberian pré-publiés dans Grazia et compilés ici par Fluide Glacial brossent le portrait d’une génération. La génération connectée. Accro au portable. Qui philosophe avachi sur un canapé tout en téléchargeant la dernière appli qui permet de repérer les cons. Qui réfléchit à l’Amour, au vrai, tout en se demandant comment augmenter le nombre de followers sur son compte Instagram…
L’exercice est complexe : raconter une histoire en 1 ou 2 pages à raison de 3 ou 4 cases verticales, avec une chute qui fait mouche ! D’ailleurs, Berberian ne remplit pas toujours le contrat, certains strips tombant un peu à plat ou ne réussissant à nous faire esquisser qu’un sourire timide. Par contre, l’auteur parvient bien à saisir la superficialité et même la vacuité de ses personnages obsédés par les apparences, la séduction ou le nombre d’amis qu’ils ont sur les réseaux sociaux. Et si le dessin, un trait simple et direct rehaussé de couleurs souvent vives, est tendre, le message qu’il véhicule est un peu plus mordant qu’il n’y paraît puisque les strips ont été publiés dans un magazine féminin de mode, beauté et people (j’ai regardé sur Wikipédia, hein…)…C’est là la principale réussite de cet Afterz globalement assez moyen. Même s’il n’est pas sûr que les lecteurs se soient reconnus dans ce miroir que Berberian leur tendait…

(Recueil de strips – Fluide Glacial)