Vous n’aviez pas aimé Like Clockwork, le précédent album de Queens Of The Stone Age ? Pas la peine de lire cette chronique alors car ce nouvel album est exactement dans la même lignée. La première partie de l’album en tout cas… Artwork de nouveau signé Boneface, même line up (avec l’apport de Jon Theodore en plus), single (The Way You Used To Do) complètement raccord : Villains est fait du même bois que Like Clockwork, son prédécesseur, qui avait marqué un virage net du groupe, Queens Of The Stone Age laissant, pour l’occasion, définitivement derrière lui le stoner rock de ses précédents méfaits pour s’engager sur une voie plus pop et accessible. De la pop jouée par des rockers, inspirée, avec des arrangements assez complexes intéressants. Voilà pourquoi on avait apprécié Like Clockwork. Mais il n’en va pas tout à fait de même avec Villains.
Très produit, arrangements particuliers (beaucoup de synthés kitschs) : les premières écoutes de ce nouvel album déconcertent clairement. Et il faut s’armer de patience pour véritablement rentrer dans Villains et découvrir quelques bons morceaux, presque tous placés en première partie d’ album (notamment le single, Feet Don’t Fail Me, Domesticated Animals ou Fortress). Le problème, c’est que cela se gâte vraiment par la suite avec un Head Like A Haunted House délirant (comme de l’Elvis joué en accéléré) mais qui reste moyen, un Hideaway écoutable sans plus, et 2 derniers morceaux mièvres et sirupeux carrément mauvais. Bref, Villains aurait pu être un très bon EP si Josh Homme n’avait conversé que 5 morceaux. Là, c’est un album à moitié raté. Dommage.

(Album – Matador)