Zidrou qui intègre la toujours intéressante collection Noctambule ? Il fallait s’attendre à ce que cela fasse des étincelles. Et effectivement, le scénariste belge propose là l’un de ses meilleurs récits (et pourtant il y en a eu beaucoup de très bons…). Accompagné d’Edith aux crayons, qui livre ici une jolie partition, trait fin inspiré et très belle mise en couleur, il brosse le portrait d’une jeune femme dans l’Angleterre des années 20. Une poétesse romantique qui, lasse d’attendre des nouvelles de son fiancé parti en expédition en Laponie retrouver le tombeau de la déesse Sammi Dolla sous l’égide de la Royal Geographical Society, décide d’aller elle-même à sa recherche, pressentant qu’il a besoin d’elle. Ce qu’elle vivra et découvrira lors de son périple lui apprendra beaucoup sur la vie, l’amour et les Hommes même si elle ne s’attendait pas forcément à cela…
C’est avec beaucoup de style, poétique et souvent flamboyant (mais il fallait bien se mettre au niveau de son héroïne…), que Zidrou conte cette histoire qui mêle aventure, amour, initiation et mystère (avec ce petit côté fantastique à la fin). Dont le principal atout (même si le scénario est, comme souvent avec Zidrou, très solide) est bien sûr son héroïne (elle ne donne pas son nom au récit pour rien…). Jeune femme rebelle au caractère bien trempé (et il le faut dans cette société anglaise très rigide et conservatrice…) qui rappelle la Jeanne Pecquigny de Fred Bernard ou une autre héroïne de Zidrou: la Jennifer de Shi. Un très beau portrait, sensible et qui sonne juste, mis en valeur par une édition vraiment superbe. Très recommandé.

(Roman graphique – Noctambule)