Cette femme a toujours été un mystère pour moi. Décalage avec l’univers de la musique classique contemporaine ? Volonté d’aller à la rencontre de publics différents ? Désir de contribuer à ouvrir les esprits ? Quelles que soient ses raisons, Rachel Grimes poursuit en tout cas son petit bonhomme de chemin dans les circuits du rock indépendant, sortant ses albums chez Touch and Go quand elle rejoint ses camarades de chambre de Rachel’s ou chez Ruminance (c’est sûr que les jeunes gens d’Aucan ou les fous furieux d’Oxbow vont être surpris de l’avoir comme voisin de label…) pour ce projet solo.

Un album très pastoral où l’on ne trouve qu’un instrument : le piano, associé à des enregistrements extérieurs provenant de la campagne du Kentucky. Très éloignées d’une virtuosité technique artificielle et factice, ces compositions cherchent davantage à créer des ambiances, à faire surgir des émotions, à toucher en plein cœur. Tour à tour contemplatifs, délicats, poignants ou lumineux, il se dégage indéniablement quelque chose de ces morceaux. Peut-être est-ce dû à leur grand dépouillement et à leur simplicité apparente ? Ou bien à leur forte teneur cinématographique (les premières versions de ces morceaux ont été utilisées comme bande son pour le film “Rotating Mirror” de Greg King, autre membre de Rachel’s) ? Plus sûrement au talent de leur compositeur….
“Book of Leaves” est un album à mille lieues de ce qu’on a l’habitude d’entendre. Une différence qui le rend vraiment rafraichissant.

(Album – ruminance)