C’est la première fois que Kokor et Rabaté s’associent pour travailler à un récit. Et on se demande bien pourquoi ils n’en avaient pas eu l’idée avant, tant cette collaboration semble naturelle et évidente. La poésie de l’un, la singularité de l’autre: oui, ces deux-là étaient faits pour artistiquement se rencontrer. Alexandrin, dont le scénario...